My Friends All Died In A Plane Crash, un album de Cocoon (2007)

Publié le par Jérôme

Pop folk à la douceur et à l’humour

undefined
 
Les deux acolytes de « Cocoon », Mark Daumail et Morgane Imbeaud, sont des prodiges de la scène rock clermontoise à la notoriété grandissante, qui chantent dans un anglais impeccable. Adoubés par des festivals majeurs comme les Inrocks ou les Eurockéennes avant même la sortie de leur album, ils sont devenus comme le symbole d’une scène rock dématérialisée, où Internet et autres Myspace permet à chacun d’affirmer ses spécificités, garder son identité en chantant dans une autre langue, bref ne pas céder à l’uniformisation – autrefois passage obligé vers la notoriété. Une scène rock où l’originalité ne passerait plus par le goulot d’étranglement des médias traditionnels. « En créant Cocoon on s’est toujours dit qu’on ne vendrait pas des millions d’albums… mais on veut bien en vendre quelques-uns quand même », confiait Mark à l’Express en octobre dernier. Toute la fraîcheur de ce premier album, My Friends all died in a plane crash – relecture pop et sans complexes du folk américain – a en tout cas vite rencontré son public.

Folk épuré et entêtant, humour pince-sans-rire pour anglicistes, Cocoon explore les chemins empruntés par Nick Drake, Bob Dylan ou Pete Seeger, tout en mettant une certaine distance au côté contestataire de cette musique. Mark et Morgane jouent avec simplicité sur un hypothétique retour aux choses vraies et à la nature avec un talent comparable à Nada Surf ou Girls In Hawaii. Guitare folk au son enveloppant ou ukulélé, voix aigües et de velours, accompagnements réduits au strict minimum, mélodies épurées qu’on se prend vite à siffloter : la recette du folk a trouvé des saveurs inconnues en Auvergne.


Myspace du groupe

cocoon-copie-1.jpg

A venir : l'interview exclusive du groupe pour Mediart

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article