Avatar, le film qui réconcilie cinéma et jeux vidéo

Publié le par Jérôme

avatar

Un film aussi attendu qu'Avatar ne pouvait pas échapper à une adaptation en jeu vidéo. Mais avant le film de James Cameron, jamais les concepteurs de jeu n’avaient travaillé de manière aussi étroite avec l’industrie cinématographique. Ennemis historiques, ces deux industries phares du divertissement opèrent, peu à peu, à un rapprochement stratégique.



Le jeu vidéo actuel pourrait se définir de la façon suivante : un équilibre délicat entre intrigue et expérience participative du spectateur. La polyvalence de ce secteur de pointe du divertissement lui permet, année après année, de toucher un public de plus en plus large. Au point de générer, depuis 2004, plus de revenus que l’industrie du cinéma. Les jeux vidéo et tous les écrans qui envahissent notre quotidien réduisent d’autant la marge de manœuvre du cinéma. Avatar, le nouveau et très attendu film de James Cameron sorti mi-décembre, devait mettre tout le monde d’accord : avec l’image en trois dimensions, le cinéma vivrait sa révolution visuelle et évoluerait vers une nouvelle étape dans l’immersion du spectateur. Au point qu’on ne saurait plus très bien si l’on se situe dans le monde des consoles de jeu ou dans une nouvelle forme de cinéma. Au salon monégasque informatique Imagina, la semaine dernière, cette convergence annoncée ou « effet Avatar » a beaucoup fait parler. Un fabricant de bureaux d’étude et de design en 3D s’en explique à Usine nouvelle : « A voir la mobilisation du monde du cinéma et des jeux vidéo, et des fabricants de produits, écrans et interfaces, associés à ces industries, la 3D en relief va arriver plus vite que nous le pensions dans nos salons ».

« Unir ses forces avec les meilleurs »


article avatarJames Cameron, lui, s’est tourné vers le français Ubisoft afin d’offrir aux joueurs une expérience vidéoludique en adéquation avec son œuvre. Commencée en 2006, l'entreprise Avatar aura nécessité 3 ans de travail pour les 250 développeurs. Mission accomplie : le jeu s’est retrouvé dans les étalages le jour même de la sortie du film. Pour s’atteler à l’adaptation du film de James Cameron, Ubisoft a ni plus ni moins acheté le studio d’effets spéciaux cinématographiques responsable des films 300 et de Sin City. Dans le livre consacré au film, le réalisateur de Titanic et de Terminator explique que les équipes du film et celles d’Ubisoft avaient travaillé de manière si proche qu’elles avaient pu chacune exploiter des idées de l’autre. « Ubisoft ne voulait pas simplement produire quelque chose d’attirant, il voulait une âme derrière le jeu vidéo », a déclaré James Cameron. « Le monde du jeu Avatar est, d’une certaine façon, considérablement plus riche que ce que vous allez pouvoir voir dans le film » dit-il. Quand au cofondateur et PDG d’Ubisoft Yves Guillemot, il révèle sur son blog sa volonté « de développer des outils qui vont nous permettre de créer des jeux et des films en même temps ».
Après s’être fait la main sur des courts-métrages inspirés de leur jeu à succès Assassin’s Creed 2, Ubisoft entend travailler sur d’autres projets avec des noms célèbres du cinéma, dont Peter Jackson et Steven Spielberg. « Nous sommes encore nouveaux dans la réalisation de films, donc pourquoi ne pas unir nos forces avec les meilleurs des meilleurs pour permettre à nos idées de prendre vie ? ». Mais ce n’est pas tout : le géant français du jeu vidéo a acquis les droits pour réaliser un jeu inspiré de la bande dessinée d’Hergé « Le secret de la Licorne », qui fera l’objet d’un film réalisé par Steven Spielberg, dont la sortie est prévue en 2011.



 



Premier court-métrage inspiré d'Assassin's Creed 2 : quand La jeune fille à la perle rencontre Rambo !

 

2000 pages de scénario

heavy-rain-box-artUS.jpg
Pour le français David Cage, c’est sûr, le jeu vidéo flirte de plus en plus avec le cinéma. Son thriller Heavy Rain, 18 millions d’euros de budget, est financé par Sony qui en orchestre une sortie mondiale d’ici la fin du mois. « C'est un scénario de deux mille pages et cent soixante douze heures de tournage, soit l'équivalent de trois longs métrages », explique-t-il à Télérama. Ne vous méprenez pas. Heavy Rain est un… jeu vidéo, qui espère révolutionner l’industrie par son approche très mature et cinématographique. « Même si on leur emprunte des codes narratifs et de mise en scène, nous ne faisons ni du cinéma ni une série télé ! », nuance David Cage.

Autre jeu particulièrement attendu par les aficionados : le jeu massivement multijoueur Final Fantasy XIII, annoncé comme disposant de l’un des univers les plus vastes jamais créés. Pas de version 3D à l’ordre du jour, mais lors de la sortie d’Avatar en décembre au Japon, deux bandes-annonces utilisant le même procédé que le film de James Cameron ont été projetées dans certaines salles de cinéma. Pour Yoshinori Kitase et Motomu Toriyama, producteurs du jeu, «dans Avatar,  l’univers est très proche de celui que nous avons créé pour les jeux Final Fantasy ». Ces deux sommités du monde du jeu vidéo sont persuadées que « les industries du cinéma et du jeu vidéo travaillent en réalité « ensemble », c'est-à-dire qu’elles évoluent dans le même sens, et qu’elles communiquent, pour peut-être que les technologies de l’une soient également celles de l’autre ».

 


Investir à plusieurs
 

300 millions de dollars (budget promotionnel inclus) : Avatar n’est pas le film le plus cher de tous les temps pour rien. Exemple : le système de « performance capture », qui consiste à filmer – sous tous les angles – acteurs et cascadeurs pour leur donner vie sous forme de personnages dans l’univers. Ce type d’investissements lourds, cinéma et jeux vidéo ont tout intérêt à se les partager, dans cette période où l’industrie des disques et du DVD se battent pour leur survie.

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Film streaming 11/05/2014 00:21

Wow, I actually can’t believe the coincidence that both you and I posted basically the same article on the same day! (click my URL to see my own post of Avatar fan art).

Wild! Anyways, good luck with your post! Now for the battle to the top of the SERPS!