Claymore, un animé du studio Madhouse (2007)

Publié le par Jérôme

Les Valkyries se mettent au japonais
Colin-maillard entre créatures de l’enfer : une série surprenante.
 515.jpg
L’Histoire. Les Claymores sont des guerrières mi-humaines mi-Yôma (Démons) auxquelles font appel les villageois pour se protéger des véritables Yôma, qui peuvent se dissimuler dans les corps humains pour continuer leurs massacres. Craintes et redoutées avec leurs gigantesques épées, le regard perçant des Claymores leur vaut le surnom de « sorcières aux yeux d’argent ». Claire est l'une d’entre d'elles. Appelée dans un village pour éliminer les démons qui attaquent et dévorent la population, elle tue l'avant-dernier membre, devenu monstre, d'une famille déjà décimée. Le dernier survivant, le jeune Raki, banni des siens, décide alors de la suivre dans ses aventures sanguinaires. 
 
           Il est de retour ! Seize ans après Chroniques de la guerre de Lodoss, le studio Madhouse (Gunnm, Death Note…) s’attaque à nouveau au genre ultra-balisé du médiéval-fantastique. Claymore fût tout d’abord un manga de Norihiro Yagi (publié en France chez Glénat). Quelque mois plus tard, la diffusion de Claymore à la télévision japonaise débute (avril 2007). Une consécration réservée aux mangas ayant remporté un franc succès.
Différence notable avec les productions occidentales : les concepteurs d’une série animée disposent d’un délai très court pour produire les premiers épisodes et chemin faisant, le graphisme et le scénario progressent de façon notable. Claymore n’échappe pas à la règle, et même si le soin apporté aux personnages utilitaires et à l’ensemble des décors est relatif, quelques jolies images viennent rehausser l’ensemble.
 
Le lointain héritage de Tolkien s’intègre sans mal à Claymore, et souligne la formidable capacité de l’animation japonaise à s’approprier les codes d’un genre. Ces femmes-démons, à la solde d’une mystérieuse organisation, traquent sans relâche les monstres avec lesquels elles ont pourtant une origine commune. Un mystérieux homme en noir vient prélever la récompense dans chaque village où meurent les créatures. On comprend vite que Claire n’est qu’une exécutante. Dès lors qu’elle prend Raki sous son aile, son attendrissement – signe d’une humanisation progressive – irrite l’organisation. Les « sorcières aux yeux d’argent », semi-divinités en proie aux faiblesses du cœur humain ? C’est l’adage de cette série, et le ressort dramatique qui fait la force des personnages.claymore.jpg
A ceux qui pensent encore le manga comme un sous-genre, les obsessions des auteurs japonais sont ici bien présentes. Il y a d’abord la question du jugement des gens par rapport à l’origine, qui renvoie aux sino-japonais, celle de la survie de l’espèce – stigmate de la bombe d’Hiroshima – mais aussi une mise en scène des destinées individuelles, fantasme d’un pays où le pouvoir est fortement centralisé.
 
Des personnages attachants, des audaces scénaristiques, un univers qui dévoile ses richesses lentement…
Durant toute la diffusion de la série, les fans ont entretenu une polémique inévitable : la comparaison de l'animé avec le manga papier. Tributaire du succés télévisuel, Claymore ne connaîtra sûrement jamais de deuxième saison animée. Pardonnons donc à la série ses errements et sa fin un peu hasardeuse, tant l'ensemble dégage une qualité impressionnante au niveau des personnages, des rebondissements et des superbes thèmes musicaux. Le manga en édition papier est édité en France aux éditions Glénat, et répond - lui aussi - avec talent aux exigences des fans.
 

Publié dans Séries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pauline 04/09/2007 20:51

Salut c'est drôle je suis justement en train de suivre cette série et je tombe sur ce post et je ne peux m'empêcher de poster même si je suis un peu à la bourre:
donc déjà je trouve que c'est écrit avec talent (bonne analyse) et c'est très juste ca correspond tout à fait à l'idée que je me fais de cet animé. Plutot décevant au niveau de l'animation malgrès le super charadesign, le scénario arrive quand même a comblé ce défaut. Sur ce
a plus cousin!